Reconnaissance du diplôme

Évaluation comparative



Une évaluation comparative des études effectuées hors du Québec est une comparaison générale entre deux systèmes éducatifs officiels. Ce document indique, par rapport au système scolaire québécois et à ses principaux diplômes, à quoi correspondent les études effectuées à l’extérieur du Québec.

L’Évaluation comparative peut être utile pour effectuer une recherche d’emploi, faire une demande d’admission à un programme d’études ou présenter une candidature à certains organismes de règlementation (lorsqu’ils l’exigent). L’Évaluation comparative délivrée par le ministère de l’Immigration et des communautés culturelles (MICC) n’est pas un diplôme. Elle n’engage aucune personne, aucun établissement d’enseignement, aucun ordre professionnel ou autre organisme de règlementation d’une profession ou d’un métier. Ceux-ci établissent leurs propres critères d’évaluation.

On a besoin d’une évaluation comparative pour :
1) Enseigner au Québec;
2) Travailler dans la fonction publique municipale, québécoise ou canadienne.

Il se peut que l’évaluation comparative ne soit pas obligatoire pour le futur employeur. On doit s’adresser à l’ordre professionnel ou au regroupement de travailleurs auquel on doit adhérer pour connaître les modalités de reconnaissance du diplôme et/ou des acquis.

Délais
Il faut attendre plus ou moins 7 semaines pour obtenir l’Évaluation comparative.

Coûts
Le coût pour une Évaluation comparative est de 115 $ en 2016.

 Ordre professionnel



Si votre profession ou métier est réglementé, il est obligatoire de faire partie d’un ordre professionnel, c’est auprès de cet ordre qu’il faut s’enquérir de toutes les étapes nécessaires pour obtenir le droit d’exercer ce métier au Québec. La reconnaissance des diplômes décernés dans un pays étranger est une étape obligée et occasionne des frais.

Coûts
À titre d’exemple, pour une reconnaissance d’équivalence, un juriste étranger doit débourser environ 1 000 $ plus taxes pour l’étude de son dossier par le comité d’équivalence du Barreau du Québec. Ces frais sont non remboursables.

Exemple de démarches : Le Barreau du Québec

  • Suite à l’analyse du dossier par le comité d’équivalence, le futur avocat est obligé de suivre un certain nombre de cours (allant de 30 à 90 crédits, 3 crédits représentant un cour de 45 heures). Ce n’est qu’à la fin de cette formation que le comité émet un avis d’équivalence de diplôme;
  • Par la suite, on peut être autorisé à faire une demande d’admission à l’école du Barreau;
  • La formation professionnelle peut durer jusqu’à 8 mois;
  • Suivront 6 mois de stage.

Des frais sont exigés pour chaque étape du processus.







ATTENTION
Même si une reconnaissance de diplôme est accordée par le MICC, ce n’est pas une garantie que ce diplôme remplira les exigences de l’ordre professionnel régissant la pratique du métier ou de la profession au Québec. Même si le diplôme est reconnu par l’ordre professionnel, le droit de pratique peut tout de même être refusé pour d’autres raisons, telle l’absence de pratique durant ou depuis une certaine période de temps.

Oops.



Il semblerait que votre navigateur ne supporte pas cette fonction.

Appuyez sur les touches ctrl+d de votre clavier pour sauvegarder cette page dans vos favoris.

Félicitation



Votre message a été envoyé avec succès.

Oops



Une erreur s'est produite. Veuillez réessayer.

Envoyer cette page à un ami