REER

Le Régime enregistré d’épargne retraite (REER) permet de se constituer une épargne qui est accessible à la retraite. On investit dans un REER par l’intermédiaire d’une institution financière, d’une compagnie d’assurance, d’une fiducie, du Fonds de solidarité FTQ, du Fondaction CSN, etc.

Il n’y a pas d’âge minimum pour cotiser à un REER. On peut économiser jusqu’à 18 % du revenu gagné par année jusqu’à un maximum de 25 370 $ pour l’année 2016. On peut cotiser à un REER même si on accumule un fond de pension avec l’employeur, mais les cotisations faites via l’emploi réduisent le pourcentage de revenu qu’on peut investir dans un REER hors de l’emploi.


Avantages et inconvénients


Les placements faits année après année selon notre profil d’investisseur devraient, si les marchés vont bien, procurer des intérêts, être enrichis par des dividendes et des gains en capital. Les placements fructifient à l’abri de l’impôt tant qu’ils restent dans le régime. Le montant investi en REER dans une année est aussi déduit de nos revenus.


Les REER cotisés via le Fonds de solidarité des travailleurs de la FTQ et Fondaction (le Fonds de développement de la CSN pour la coopération et l’emploi) offrent, en plus de la diminution du revenu imposable, un crédit d’impôt supplémentaire. Étant donné la nature particulière de ces fonds, qui ont comme mission bien spécifique de contribuer au développement économique du Québec, les gouvernements du Québec et du Canada redonnent à l’épargnant l’équivalent de 30 % à 40 % du montant investi en retour d’impôt. Il y a un maximum annuel auquel on peut cotiser.

On peut aussi utiliser les épargnes accumulées dans un REER lorsqu’on achète une maison par le Régime d’accession à la propriété (RAP) ou qu’on veut retourner aux études grâce au Régime d’encouragement à l’éducation permanente (REEP). Ces retraits sont faits selon des conditions très strictes et le remboursement doit être respecté sinon il y a des conséquences sur l’impôt à payer.


ATTENTION

On peut vous inviter à emprunter pour investir dans un REER dans le but d’avoir accès au RAP. De bons calculs sont nécessaires pour s’assurer que ce prêt constitue une bonne stratégie  financière. À ce sujet, on peut consulter les associations de consommateurs certaines offrent des cours d’accession à la propriété.


Quand le REER n’est pas utilisé pour la retraite


On peut sortir nos placements qui sont enregistrés pour la retraite avant d’avoir atteint notre retraite à certaines conditions et avec des conséquences.  Il faut bien évaluer les impacts fiscaux de ces retraits sur nos revenus.


ATTENTION

On peut vous inviter à emprunter pour investir dans les REER. Cet emprunt n’est pas gratuit, il doit être remboursé avec des intérêts. Il est rare que le REER créé grâce à un emprunt génère autant de revenus que les intérêts payés sur le prêt. Par ailleurs, on nous dira de rembourser une partie du prêt avec le retour d’impôt. Sommes-nous certains que nous aurons droit à un retour d’impôt ? Avons-nous la marge de manœuvre dans notre budget pour rembourser ce prêt ? Si oui, pourquoi ne pas avoir, mois après mois, accumulé l’équivalent dans un compte épargne ou placé directement l’argent dans un REER ?

Oops.



Il semblerait que votre navigateur ne supporte pas cette fonction.

Appuyez sur les touches ctrl+d de votre clavier pour sauvegarder cette page dans vos favoris.

Félicitation



Votre message a été envoyé avec succès.

Oops



Une erreur s'est produite. Veuillez réessayer.

Envoyer cette page à un ami